Breaking News
Le jury attribue 1,7 million de dollars à une ex-actrice porno qui a poursuivi l’Oregon Community College

Le jury attribue 1,7 million de dollars à une ex-actrice porno qui a poursuivi l’Oregon Community College

Un jury de l’Oregon a accordé environ 1,7 million de {dollars} de dommages et intérêts à une femme qui a affirmé qu’un collège communautaire native avait utilisé son travail antérieur dans des movies pornographiques comme un moyen de la discriminer et de la forcer à quitter le programme de soins infirmiers compétitif de l’école.

Nicole Gililland avait tenté de poursuivre le Southwestern Oregon Group Faculty (SWOCC), situé dans la ville côtière de Coos Bay, à la fois pour rupture de contrat et pour violation du titre IX, qui interdit aux écoles qui reçoivent un financement fédéral de la discrimination fondée sur le sexe – ce qui en fait probablement le premier cas dans lequel un étudiant a invoqué le titre IX en raison de son implication dans le travail du sexe. Gililland a affirmé que le harcèlement répété et son éventuel renvoi de SWOCC constituaient un «environnement éducatif hostile» qui lui avait causé une grave détresse émotionnelle et l’avait amenée à tenter de se suicider.

Des paperwork judiciaires montrent que le juge chargé de l’affaire a affirmé que les propos tenus par les professeurs de Gililland constituaient une discrimination fondée sur le sexe parce qu’ils “provoquaient un stéréotype sur le sort de femme approprié pour la career infirmière”. Bien que le jury ait finalement rejeté la demande de Gililland au titre IX, il a estimé que SWOCC avait effectivement rompu un contrat avec un étudiant payant des frais de scolarité en violant sa politique de non-discrimination, sa politique sur les dossiers scolaires et sa politique sur le harcèlement illégal.

“Le demandeur et le SWOCC avaient conclu un contrat l’un avec l’autre pour la fourniture d’une formation en soins infirmiers en échange de frais de scolarité”, lisent des paperwork judiciaires, affirmant que les responsables de l’école nommés dans le procès ont interféré avec ledit contrat en “changeant de notes, exigeant des affectations supplémentaires, imposant self-discipline indûment sévère incompatible avec la politique du SWOCC et harcelant le demandeur. »

Selon le procès, une personne non identifiée a informé Melissa Sperry, infirmière enseignante et conseillère pédagogique à SWOCC, du travail antérieur de Gililland dans le porno au printemps 2018. (Les avocats de SWOCC ont affirmé que les responsables de l’école n’avaient aucune connaissance du passé de Gililland, affirmant que le seul la suggestion de son implication dans le porno est venue through un e-mail que Gililland a envoyé à Sperry dans lequel elle a exprimé «des inquiétudes qu’un pair à qui elle avait confié des informations personnelles était au courant de« choses sur mon passé dont je ne suis pas fier quand j’étais un adolescent’ qui pourrait ‘m’embarrasser.'”)

À peu près à la même époque, Gililland a pris un bref congé de l’école pour se remettre de ce que les paperwork judiciaires indiquaient comme une an infection rénale et une septicémie. À son retour en classe, le procès alléguait que Sperry avait commencé à faire des commentaires sarcastiques à Gililland qui faisaient vraisemblablement allusion à son statut antérieur de travailleuse du sexe, déclarant à un second donné: “Les femmes sans classe ne devraient pas être des infirmières, Nicole.”

En 2020, un rapport dans Vice a mis au jour plusieurs autres étudiants du programme de soins infirmiers du SWOCC qui estimaient qu’ils avaient également été victimes de discrimination. Une étudiante plus âgée a déclaré avoir été insultée à plusieurs reprises et avoir dit qu’elle “avait l’air stupide” par un professeur. Une autre a affirmé qu’elle avait été ciblée en raison de son accent d’Europe de l’Est.

Sperry a également bombardé Gililland avec des devoirs “qui ne figuraient pas dans le programme ou qui n’étaient pas fournis à un autre étudiant”, indiquent des paperwork judiciaires. Bien que Gililland ait terminé les devoirs comme demandé, Sperry a ensuite refusé de noter le travail et a affirmé qu’elle n’avait jamais assigné le travail pour commencer, selon des preuves par courrier électronique soumises au tribunal. Sperry a également amarré les résultats des examens de Gililland en raison de retards, même si Gililland a affirmé que Sperry avait autorisé la prolongation en raison de sa maladie.

Peu de temps après, Gililland, qui figurait auparavant au tableau d’honneur, a été shock de découvrir qu’elle échouait à tous ses cours. Susan Walker, directrice des soins infirmiers et de la santé paramédicale au SWOCC, aurait déclaré à Gililland que les échecs étaient le résultat d’une enquête imminente du SWOCC pour des allégations de plagiat. Les responsables de l’école “ont informé la plaignante qu’elle avait mal cité une ressource et qu’elle était placée en probation académique et recevrait un zéro sur son affectation au lieu d’être expulsée”, selon des paperwork judiciaires. Lors d’une viewers universitaire, Walker a qualifié Gililland de “personne en colère” et a menacé d’alerter les employés de l’hôpital lors du stage clinique de Gililland qu’elle n’était “pas en sécurité avec les sufferers” – une menace à laquelle Walker a finalement donné suite. (L’hôpital a immédiatement rejeté les réclamations de Walker, automobile Gililland s’était révélée être une employée compétente.)

Malgré les tentatives répétées de Gililland pour rectifier la state of affairs et recevoir des réponses claires sur les raisons pour lesquelles ses notes ont été injustement trafiquées – un professeur aurait déclaré que «les instructeurs en soins infirmiers avaient la liberté académique d’abaisser les notes», selon le procès – SWOCC a finalement renvoyé Gililland du programme en juin 2018, citant ses performances académiques.

“Ils pensaient que j’étais une cible si faible, pathétique et dégoûtante”, a déclaré Gililland à Vice en 2020. “La stigmatisation dit aux travailleuses du sexe qu’elles ne valent rien, et je veux que mon procès soit un sign d’alarme. C’est ce que je veux qu’il illumine comme sur un panneau d’affichage au néon : faites consideration à qui vous traitez comme de la merde.

About Sutrisone

Check Also

Parler avec le ‘Seltzpert’ de son amour d’un bon Seltzer dur

Parler avec le ‘Seltzpert’ de son amour d’un bon Seltzer dur

Ne laissez pas ce flop est publié les mercredis sur toutes les plateformes de streaming …